Le Poème pornographe de Michaël Turner

Livre pornographique ? Sentimental ? Jeunesse dorée ? 

Ce livre est un ovni, selon moi.

Un peu tout ça ?

poeme p

Descriptif  basique:

 Sous forme d’interview, quelqu’un fait raconter au narrateur le comment du pourquoi il en est arrivé à faire des films pornographiques. Cela semble lui venir de son plus jeune âge.

« Quel âge avez-vous la première fois que vous avez vu un film porno ? »

 A base de questions telles que celle-ci, des fils conducteurs, nous allons explorer la vie de cet homme. Depuis le collège, nous allons visiter ses premières amourettes et ainsi de suite.

La grande question est, mais qui pose ces questions ? Pourquoi ? Et maintenant ?

La pornographie :

Oui, bon, pour un poème pornographe il y en a peu. L’écriture est un peu à la mode de l’Étranger, je n’irai pas jusqu’à le comparer à Camus, je vous rassure. Mais la prose est plutôt détachée. Bien sûr, le narrateur a des sentiments, des angoisses… Mais il narre à postériori, il analyse. Bien sûr, c’est ce que l’interviewer cherche à faire, mais cela lui permet un regard tout à fait lointain. Ce qui, pour en revenir à la pornographie, nous donne des scènes de sexes telles quelles. Elles sont brèves, le plus souvent, utiles (à l’histoire, oui, oui), toujours réfléchies puisqu’analysées plus tard. Mais voilà, il n’y a pas des tonnes de chaires, ça reste très bref, un peu trop strict, peut-être. La pornographie est le sujet, la raison du roman, mais pas sa réalisation. Là est tout l’intérêt et l’ambiguïté de ce livre.

L’interview nous montre que la vie de narrateur semble articulée autour de la pornographie. Or, elle apparait régulièrement dans le livre, sans être insistante. Comme pour signifier, il y a du sexe dans la vie. Point. Et dans le cas de ce livre, sexe utile !

Une interview ?

Oui, enfin… C’est surtout sous forme de narration basique. Les interview sont là pour semer le doute en nous, ou pour fourvoyer le narrateur. Ou parfois, juste pour relancer la conversation. Mais ça ne gène pas.

Le début ?

C’est vrai qu’on est un peu catapulté… On ne comprends pas trop. C’est présenté comme un script de film. Mais une fois la lecture enclenchée, on ne peut se séparer du livre.

« Seize ans. Mon premier porno. » Voilà les premières phrases.

Mon avis ?

Vous l’aurez compris, c’est mon coup de coeur. Le plus total.

C’est vraiment ce que j’aime : sexe, drugs & rock’n’roll. Mais en plus de cela, il y a un intérêt : comprendre les ficelles de l’histoire, qui l’interroge, pourquoi…

Si jamais vous le lisez, faîtes moi signe ! Il faut que je partage mon enthousiasme avec quelqu’un !

Un petit mot sur l’auteur 

Né en 1962 à Vancouver, poète, musicien et romancier, Michael Turner. Best-seller au Canada, lauréat du Ethel Wilson Fiction Prize, Le Poème pornographe est son troisième roman.

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je ne connaissais pas, merci pour cette découverte.

    1. lskymc dit :

      Mais avec plaisir !
      Cela te tente-t-il ?

  2. xl dit :

    je le note en pense bête, et viens t’en parler si je le dégote

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s