Evguénie Sokolov – Gainsbourg

EvguénieSokolovJe n’ai jamais été une grande fane de son art. Mais, en découvrant, au détour des rayons de la librairie, je me suis dit que j’allai lui donner une nouvelle chance.

Très franchement, je n’ai pas passé un bon moment, même s’il fut court : 100 pages, écrit 15, interlignes doubles… Et j’exagère à peine.

J’ai trouvé le début vulgaire, peut-être était ce un avant goût de provoc’ ou pour surprendre… Même si o s’y habitue, la fin replonge dans le même vulgaire que le début, mettant le récit dans cet espèce de parenthèse.

Ce que je reproche à ce livre ?

Ce sont des énumérations. Toutes les deux pages, Gainsbourg à choisi de lister… N’importe quoi, des boissons, des verbes, tout, il liste. Les mots se suivent, ainsi, avant qu’on ai le droit de retourner à l’histoire. Certes, c’est un procédé que beaucoup d’auteurs utilisent, je ne dis pas le contraire. Mais alors, toutes les deux pages, à part rajouter à la lourdeur du sujet…

Donc non, réellement… Heureusement qu’il n’est pas long car il m’a rappelé ce que je n’aimais pas tant dans l’écriture de Gainsbourg.

Or, je pense qu’il reste dans son cercle habituel de genre. J’imagine donc le conseiller aux amateurs et adorateurs de l’artiste 🙂

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Jwann dit :

    Juste pour te prévenir que le lien sur les souffrances du jeune Werther dont j’aurai bien voulu avoir ton avis mène ici, petite erreur à rectifier donc 😉

    1. lskymc dit :

      Oui désolée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s