Opéra – Les pigeons d’argile

 

Du très bon et du très mauvais dans cet opéra.

pigeon1

L’histoire d’abord, très simple, qui s’adapterait sans doute mieux au théatre. L’histoire est très sympathique, de la mafia, de l’amour, des enlèvements, la complexité entre la cause et l’amour… Qui nous rappelle les Justes et les Mains sales

Les scènes défilent comme au théatre, et la profondeur des sentiments (justement, toute cette complexité) n’est pas assez exploité pour un opéra. Je m’explique, de grandes et belles scènes dans le coeur des personnes, ces grandes tirades là… N’existent pas. Et ça m’a semblait étrange pour un opéra… Justement, plus théatre.

Le texte ? Grosse déception, le texte ne se prète pas à la musique, ni au chant… On a l’impression qu’on a collé des paroles. Elles ne coulent pas. Autre chose qui dérange : le parlé, donc, puisque ce n’est pas des paroles qui semblent destinées au chant, qui s’accade la voix. Voici que les paroles sont les paroles qu’on entend dans la rue. Les personnages s’expriment comme moi, dans un argot contemporain et sans poésie. On saluera l’effort de l’auteur pour rajouter des « dit-elle » à la fin de ses phrases.

En exagérant à peine ça peut donner : « Et wesh, elle a le coeur brisé, dit-elle ». Sans commentaire. En chant d’opéra, je vous laisse imaginer.

Le chant, mais les interprêtes, les deux personnages principales féminins avaient une voix à tomber. De vraies belles voix d’opéra, accordées et sublimes. Les autres, je ne vous en parlerai pas, à vous d’en déduire mon avis…

La mise en scène ?

pigeon2Voilà quelque chose de superbe ! Moderne mais superbe ! Le décor comme un pilier imense à multiple facettes, chaque facette = une scène.

C’est beau, assez minimal, tout se complète, le décor tourne sur lui-même nous proposant ses faces. Utilisant les faces dans l’ombre comme celle de la lumière. Vraiment, c’était très beau, très simple, très bien pensé.

Ne serait-ce que l’écran géant au dessus des acteurs qui montre la scène tournée version « cinéma » alors qu’eux jouent en bas la même scène en écho. C’était extrêmement bien fait, très surprenant et envoutan
t.

Et cette pièce en flashback s’achève inévitablement par là où elle a commencé !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s