Sangre Lunar – Jose Sanchis Sinisterra

wpid-imag0931.jpg

Je me suis lancée dans la lecture de cette pièce en VO.

La pièce s’ouvre sur une conférence, des médecins sont interrogés par des journalistes, il y a eu un problème, un drame avec une patiente, et aucun membre de la famille, pas même l’avocat de la famille n’est là.

Lucia, dans le coma depuis dix ans, est enceinte. De qui ? Comment est-ce posisble ? Que s’est-il passé ?

Bien sûr, les masque vont tomber, une famille qui fuit cet hopital et cette épreuve va y être doublement conforter, la remise en question de la sécurité de l’hopital aussi. Malsain, personne ne sera mis à l’écart des soupçons, chaque homme peut potentiellement être le violeur.

Mais encore et surtout, que faire de l’enfant ? Une première pour la science, un reste de Lucia pour sa famille… ?

Tout ceci étant inspiré d’un fait réel.

J’ai lu cette pièce en V.O donc, et j’ai un peu galéré -loin d’être douée en espagnol- mais elle est très compréhensible : la plupart sont des dialogues à deux voix, trois maximum, ce qui permet de faire facilement et rapidement le lien entre les choses, c’est beaucoup plus naturel.

Le monologue de Manuel m’a perdu.

Et le dernier dialogue, où toutes les voix se mêlent, je ne l’ai pas compris non plus.

C’est pourquoi j’ai emprunté l’édition des Presses Universitaires du Mirail, du Théatre de la Digue et del Instituto Cervantes, où le texte était en édition bilingue !

De ce fait j’ai pu saisir des nuances qui m’avait échappées, mais en soi, j’avais tout compris -oui, je suis très fière de moi !

Donc, si le résumé que je vous ai fait plus haut ne vous tente pas, je ne peux plus rien pour vous, à part vous dire que j’ai adoré ce livre, vraiment, cette pièce est très poignante, très vraie. Elle n’est pas larmoyante, dramatique, elle n’est pas malsaine. Les personnages ne sombrent pas dans la folie mais sont au bord, après une épreuve si grande, et leurs peurs, leurs doutes et leurs peines sont exacerbées, ce qui rend les dialogues et les confrontations très bouleversants. Ca en est très réel, ces personnages peinés semblent ancrés dans la réalité, et leurs réactions sont donc très naturelles même si désorientées.

Si vous lisez l’espagnol, jetez-vous dessus, sincèrement et rapidement, sinon tentez de vous procurer une édition bilingue par miracle !

Bientôt, ayant adoré Sangre Lunar, je publierai un autre article de mes lectures suivantes de José Sanchis Sinisterra :

Conspiration Vermeille (traduction)

&

Prospero suena Julieta (VO espagnol)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s