Le petit malheureux – Guillaume Clémentine

 

wpid-imag1049.jpgJe ne sais pas trop par quel bout attraper ce roman, alors, je vais me contenter de faire un appelle à l’auteur : Si tu lis ceci monsieur Guillaume ou dont Guillaume est ton pseudonyme ! Contacte moi, ton livre c’est du génie en boite, ton livre, c’est mon coup de cœur.

Alors, ça va encore vous étonner un coup de coeur pareil, ou alors vous allez vous dire que j’ai des goûts bizarre, mais je l’ai trouvé grandiose et magnifique ce livre -à quel moment ? Parce que je crois aux multiples facettes de la poésie, et si celle là, elle se fait dans des réflexions cons et ironiques… Bah je trouve qu’elle y est.

Le petit malheureux c’est quoi ? Beh, tout d’abord on est catapulté je ne sais pas trop où et je n’ai compris qu’à la fin, mais ensuite, tout reprends son cour.

Et nous voilà, bienvenue dans la vie de Guillaume, qui fait des réflexions vilaines à tout va et qui trompe l’ennui et queutant et en buvant. Ce qui, en soit, est ce que nous faisons tous à un moment ou à un autre. Il y a aussi les mondains, ceux qui nous fatiguent avec leurs bonnes conscience. Il y a la volonté d’abîmer ce qui est trop beau, il y a la littérature, il y a les filles et les mecs, il y a les potes. Bon sang, mais je ne sais que vous dire pour vous expliquer qu’il est merveilleux ce livre ! C’est l’exact reflet de la vie que nous avons connu ou que nous connaissons. Mais c’est très bien écrit, c’est vraiment drôle. Ca à la dose de pitoyable et de honte qui vit en nous.

Enfin, arrêtons mais Le petit Malheureux c’est nous.

Après, si je peux me permettre de dire des folies, je suis une passionnée du mouvement Romantique du XIXe siècle. Insultez-moi si vous voulez, je suis persuadée que nous tenons le Romantisme d XXIe siècle… Je m’explique, on va en soirée mondaine, on s’en sort avec un peu d’argent et beaucoup de chance, on cherche l’ascension sans vraiment… Et puis, et puis il y a ce putain de spleen. Ce spleen bien en règle, qui est là, qui gâche tout, qui repeint les murs et qui fait rêver. Aller, peut-être pas les Romantiques, peut-être les Décadents, mais un spleen tout particulier, très vrai et fort.

Enfin bon, voici donc Le petit malheureux, représentatif du « mal du siècle » qui nous êtes contemporain. Lisez-y aussi pas mal de moi si vous le souhaitez.

Et surtout, rêvez… Car il ne vous reste que ça.

bannièreABC2014

 

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Alison Mossharty dit :

    A la lecture de ton article on sent ton amour pour ce bouquin ^^ Concernant notre cher XIXé siècle j’aurais aussi tendance à dire qu’on se rapproche plus de la décadence que du romantisme ! En tout cas, je note le titre dans ma wish histoire de m’en souvenir =)

  2. Alison Mossharty dit :

    Je fais du flood (pardonnes moi !) mais ton bouquin c’est une denrée rare, je voulais le mettre sur ma liste d’envie Amazon et il ne le vende même pas. Je l’ai trouvé que sur la FNAC ! Tu lis des titres compliqués à trouver toi XD (c’est cool, ça fait découvrir des auteurs :D).

    1. lskymc dit :

      Oui ! Je l avais commande sur la Fnac aussi ! Je l avais vraiment voulu xD bon j espère qu’ il t enchantera aussi ! Donne moi en vite des nouvelles 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s