L’Affont Lavé & La Mort sur les Lèvres – Echegaray

Moi qui était toute contente de dévorer un peu de théâtre espagnol ! Pour tout vous dire, L’Affront Lavé, je l’ai sauté. J’ai commencé, j’étais écœurée, j’en ai lu des répliques par-ci, par-là, puis j’ai lu la fin du dernier acte.

$(KGrHqQOKigE5dk6sFmRBOhKb2ZO Q~~60_35Pourquoi ?

Ce n’est pas bien de faire ça, mais dès le début, j’ai été gênée par la façon de parler des personnage. Fin XIXe et ils parlent… De manière très très contemporaine… Même proche de notre contemporain. Bon. Les personnages sont campés de façons étranges dès les premières scènes. L’étrange vient du fait que ce soit de l’exposition pour de l’exposition. Les dialogues ne sont donc pas fins. Aurait-il mieux valu directement dépeindre les personnages en fiches caractérielles que cela aurait paru moins dérangeant.

Vraiment, ça ne m’embarque pas.

Je n’achève pas tout à fait l’Acte I, que, déjà, se profile le dénouement. Les bons et les méchants se campent, l’intrigue aussi. Les naïfs sont présents, tout. Le nombre de personnages principaux est très exact pour savoir qui va s’arranger avec qui et comment tout cela va se terminer… C’est là, que, n’aimant pas le style, trouvant toute cette histoire molle, je saute de scènes en scènes… Rien d’étonnant. Et je le style m’ennuie toujours autant.J’arrive aux scènes de fin, celles que j’avais prédites… Ou presque. Si j’avais eu la patience de lire alors que ça me déplaisait totalement, j’aurais peut-être apprécié les « coups de théâtres ». Les dernières scènes sont plongées dans l’action et le symbolique. Je n’en dis pas plus, pour ne pas dévoiler le coup d’éclat un peu violent, qui, justement, m’a plu. Mais ce sera bien la seule chose. Symbolique violente qui explique le titre de l’œuvre.

Ne nous offusquons pas pour si peu, il nous reste La Mort sur les Lèvres !

Et allez ! Nous retrouvons le thème de la mère mais non la mère génitrice. Une mère de cœur plus exactement, une femme qu’on aime car elle nous a élevé, et la réciproque, mais bien différente de celle qui nous a donné la vie. C’est pourtant un thème que j’affectionne, pas qu’il soit mal traité, mais il me lasse enfin. Avec ces deux pièces.

Que dire de plus ? Nous sommes jeter dans la guerre de religion, hérétiques, tout ça, en 1700 et quelques… Ça m’épuise aussi, des histoires d’amour à l’ancienne mal menées…

Je garde un mauvais souvenir de José Echegaray en qui je mettais tant d’espoir…

Non vraiment, son théâtre ne me plait pas, et pourtant ! Prix Nobel ! J’espérais… Plus ? Je ne sais pas ce à quoi je m’attendais. Mais je trouve son théâtre lourd et redondant, dans une seule pièce déjà… Entre deux. Cultivant l’hystérie féminine bien XIXemiste… Non vraiment son théâtre me dérange car, je sais des siècles nous en sépare, mais il est vieux jeu. Les héroïnes balzaciennes, sthendalliennes, bien qu’emportées, n’avaient pas ce… Cet… Je ne sais quoi qui les rend bécasses et inintéressantes chez Echegaray.

Sans étonnement, je le déconseille.

Car je ne vois pas ce qu’il y a proprement à y trouver. Il ne me plait pas, les problèmes sociétaux me semblent mal utilisés, mal mis en scène. Peut-être est-ce, tout simplement, parce que je ne suis pas habituée à la littérature espagnole de cette époque. Mais tout de même. Pour ne pas dire que je trouve tout cela mauvais malgré les ambiances bien retranscrites, je n’y trouve rien du tout. Si, certes, comme je viens de le dire, les ambiances sont bien retranscrites c’est que l’auteur nous prend par la main et c’est insupportable.
C’est comme s’il surligné « lui est méchant », « elle, elle ment », à chaque tirade, chaque didascalie, que ça en est insupportable. Ca enlève toute la saveur et tout le charme que ça aurait pu avoir si j’avais aimé sa prose…

Et vous, avez-vous déjà été déçu par un Prix Nobel ?

 

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s