2 films, 1 jour, Spectre & Ixcanul

Je suis retournée au cinéma, et je suis moins mitigée que la dernière fois. J’ai pas eu à trancher. J’en ai détesté un, j’ai adoré le second. Au moins…

007 Spectre –


De Sam Mendes, avec Lea Sedoux & Daniel Graig

james-bondBon sang, et dire que j’avais râlé au sujet d’Hunger Games la semaine dernière… J’ai laissé du temps passer pour faire la critique de 007 Spectre, je ne voulais pas rager. Mais mon seul sentiment ? Avoir perdu du temps, et de l’argent.

Je n’ai trouvé qu’un et unique point positif à ce… « film » : les paysages et les jeux d’ombres et de lumière. L’Image quoi, vraiment, rien à redire, travaillée, élégante, aucune fausse note, bien au contraire. Vraiment très beau.

Pourtant 007 Spectre avait bien commencé, la Plan présentant la Fête des Morts est très beau, c’est superbe, festif et glauque, assez parfait.

Et puis, ça s’arrête et on s’ennuie pendant… Une éternité.

Il ne se passe RIEN. L’intrigue est comprise au bout de 2h, alors que vous, il vous a fallu 10 minutes, et c’est long. Bon, au début, j’ai vraiment essayer de me mettre dans le truc. Ca avait bien commencé en plus avec cette ouverture, mais voilà… Je riais moi, quand un immeuble s’écroulait sur James Bond et qu’il avait le brushing intact. Je riais quand il sautait à pied joint d’un hélicoptère et qu’il n’avait aucune séquelle. (J’exagère à peine et ça c’est AVANT le générique).

Deux-blesses-sur-le-tournage-du-nouveau-James-Bond_article_landscape_pm_v8 - CopieBon, le Générique justement, je sais qu’il est un peu critiqué, mais je l’ai pas trouvé si mal.

Et c’est à peu près tout ce que je peux avoir à dire sur ce film de correct. Sinon c’est une aberration que je n’oserais pas même appeler divertissement –mon taux d’ennui ayant explosé. Le peu de rires que ça a pu me provoquer s’est rapidement transformé en soupires et désespoir. Les producteurs se sont au moins rendus aussi RIDICULE que cette chose sans histoire et sans intérêt.

Je ne parle même pas des personnages, ils sont plastiques, vides, sans logique ni intérêt. Je vous épargne les autres scènes d’actions également plus bêtes les unes que les autres…

Enfin bon, gardez votre fric et priez pour qu’ils n’en fasse pas un autre.

Voilà, cette honte cinématographique est grotesque. Il n’y a rien de plus rien de moins à en dire.

pt6

Maintenant, nous allons parler d’un film où je n’ai pas vu le temps passer !Bon. On dirait bien que je n’ai pas réussi à faire mon petit article sur 007 Spectre sans m’énerver ! Je suis parvenue, tout de même à rendre hommage à leur aspect visuel soigné (et non Daniel Craig torse-poil ne fait pas mouiller ma culotte- je préfère les paysages).

D’une justesse et d’une pureté incroyable. Prenant du début à la fin… D’ailleurs quel début et quelle fin !

Enfin bon, voici Ixcanul –

De Jayro Bustamante avec Maria Mercedes Croy, Maria Telon, Manuel Antun. Guatemala.

ixcanul31Contrairement aux James Bond, il y a un peu besoin de le présenter. Maria, perdu dans son volcan, coupée du monde et du 21e siècle, n’a pas très envie de se marier. Non, Maria, elle rêve de ville et des Etats-Unis qui sont malheureusement loin.

ixcanul-still-2 - CopieÇa commence comme un conte du XVIIIe, et c’est brut comme Zola aurait aimé son naturalisme. C’est parfait, juste. Peu contemplatif comparé à ce qu’on aurait pu imaginer. Même si les dialogues ne sont pas nombreux, les pensées des divers personnages, et surtout de Maria, sont parfaitement injecté dans ces instants de contemplation du monde.

Un monde coupé du notre. Coupé de la ville. Coupé de tout. Séparé par la langue, le volcan. Cette impossibilité à franchir ces frontières. Ce sentiment vainc…

C’est assez merveilleusement fait, sans apitoiement, ce n’est pas larmoyant. C’est ainsi, un film très naturaliste, très franc. Une vie ainsi, et cette conscience d’un autre monde, par-delà le volcan, qui plane. C’est très étrange et malsain, ils sont tous plus ou moins influencés par cet Occident prometteur. Ils savent qu’ils vivent mal par rapport à ce qui peut se trouver ailleurs, ils savent qu’ils n’ont pas les libertés qu’on possède Etats-Unis. Mais sont-ils malheureux ? La jeunesse a-t-elle raison de se rebeller et de vouloir s’enfuir de ce microcosme ? D’aller vers ce « mieux » terrifiant ?

INVITACIÓN-IXCANUL_PRENSA-560x560Enfin bon, un film poignant, émouvant, juste, vrai, jetez-vous dessus tant qu’il est encore à l’affiche.

Une belle réflexion sur les femmes, en prime, qui ne sont pas libres mais justement, une réflexion sur l’équilibre. Un équilibre, partout, entre les traditions de leur culture et celles que l’Occident leur a apporté. Vraiment, c’est magistral. Le personnage de la Mère de Maria, étudiez-le bien, il est particulièrement fantastique et poignant.

Sérieux, allez-y. Déracinement, réflexions, tout y est !

PS : Samedi à 21h c’est soirée Rock OBohême : une entrée = un jouet pour Le Secours Populaire de Haute-Garonne. Progrès Son à l’organisation !

Et toujours Samedi à 23h, c’est Electro & Trans à la Taverne !

N’hésitez pas, c’est toujours ultra sympa !

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai jamais vu aucun James Bond mais j’ai l’envie de regarder les tout premiers pour ma culture =)
    Le deuxième je ne connais pas du tout, mais que tu me donnes envie !

    1. Je pense que les premiers doivent avoir une ambiance particulière, qui se prête bien à la société de l’époque et tout et doivent être assez classe. Mais je pense que les nouveaux sont pas… A la hauteur.

      Jette toi dessus ! J’ai adoré, t’apprends plein de truc sur la culture, très épuré, c’est vraiment cool !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s