Le Horla & autres récits fantastiques

Challenge ABC 2016, Pages : 349 (6 695+349 = 7 044) / 5 000. Lettre : M. 19/26.

Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter maupaMaupassant, ou le Horla (je suis certainement la dernière d’entre vous à l’avoir lu…) J’ai d’ailleurs appris, pas plus tard que hier soir, autour d’un verre de vin, que Maupassant était en quelque sorte l’élève de Flaubert. En effet, Maupassant passait son temps à écrire intensément et sa mère l’amenait souvent prendre le thé chez son ami. De ce fait, beaucoup de ses textes ont été revus et corrigés par Flaubert.

Mais voilà, je vais vous parler de mon impression générale, de l’ambiance entre ces lignes. C’est très particulier & prenant. Il est réellement un maître de l’atmosphère, exemple bête mais marquant : il y a très régulièrement une description du ciel dans ses nouvelles. Elle ne fait qu’une phrase, mais cette phrase, souvent en ouverture du roman, annonce, par la métaphore qu’il utilise pour décrire le ciel, l’aura de la nouvelle. Et c’est génial. De même que son Fantastique est beaucoup moins ambigu que ce que je croyais. Tout est centré sur la personne, son ressenti :

Les émotions des personnages, puisque le Fantastique passe également par-là, est très bien mené, haletant, prenant. La peur, l’angoisse, ce moment où l’on perd pied

Ce livre est génial car les nouvelles sont très courtes (et parfois ont le même nom sans rien de commun en l’état) plaira aux jeunes, au collège par exemple, comme aux plus âgés. Il y a vraiment tout ce qu’il faut pour que tout le monde y trouve un intérêt particulier. Les références pour certains, le frisson pour d’autres…

En revanche, je vous déconseille d’acheter l’édition Les Classiques de Poche du Livre de Poche. Ils m’ont énervé, même pour les ados collégiens, ces annotations-là devraient être insupportables. C’est fou comme ça m’a gâché la lecture. Il y en a vraiment une quantité importante quand on voit la taille des nouvelles. Ces éditeurs ont simulé un travail de recherche comme des spécialistes en littératures. Ils ont un avis sur TOUT, ils vont jusqu’à chercher la localisation exacte du petit petit petit village auquel l’auteur fait allusion ! Mais tout de même, c’est pas un Lonely Planet bon sang ! C’est-à-dire qu’à la fin de chaque nouvelle on a droit à : « L’angoisse peut pousser à la folie. » ou encore : « Encore une interrogation. Elles jalonnent les récites de l’angoisse et de la folie. » Non, sans rire, j’avais pas compris depuis dix pages ?! J’en pouvais plus de ces notes intempestives de bas de page !

Voilà, il fallait que je le dise.

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je l’avais lu au collège et j’avais adoré =) Mes premiers frissons !

    1. Ca doit être très efficaces en effet ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s