Dans le Noir, de David F. Sandberg

309880Par chance, je connaissais déjà le fameux court-métrage Light’s Out, (https://www.youtube.com/watch?v=kNbJE0y29_c), durant à peine moins de trois minutes, mais pourtant si diablement efficace, puisqu’il joue, comme tout bon film d’horreur qui se respecte, avec les peurs les plus primaires du spectateur – à savoir, la peur du noir, de l’isolement, etc. Ce court-métrage est aussi, en soi, une véritable leçon de mise en scène horrifique : composé d’une seule scène découpée en quatre temps (éveil de l’attention, progression de la tension, détente, puis brusque climax de la tension), Sandberg marie parfaitement les codes du cinéma d’horreur avec le format (très) court ; et le résultat détonne, puisque Light’s Out donne à son créateur le prix du meilleur réalisateur par le concours Who’s There, et son œuvre totalise les trois millions de vues sur la plateforme YouTube.

            Je fus si impressionné par la fusion opérée entre le contenu et son format, que j’étais très sceptique à l’idée de voir ce petit film adapté en long-métrage. Mal m’en pris, les amis.

            Connaissant la version courte, et l’effet de refroidissement sanguin immédiat qu’il m’avait suscité, je n’étais pas vraiment tranquille, sur mon petit fauteuil de cinéma, bien avant que le film ne commence, sachant de quoi le réalisateur était capable…

            Le moins que je puisse dire, c’est que la transition en format long est on ne peut mieux réussie. L’apparition de la créature s’effectuant uniquement dans la pénombre, on serre le cul sur son fauteuil dès que l’image à l’écran teinte un peu trop vers le sombre, et ce simple élément scénaristique suffit, avec une grande élégance dans la simplicité, à maintenir la tension sur les une heure trente…

            Mais je vous vois venir, bande de rageux, un bon film d’horreur ne peut se limiter à son seul « monstre », celui-ci doit-être justifié par un scénario solide, crédible, sinon cohérent ; une œuvre, quelle qu’elle soit, se doit d’être complète.

Mais oui, tu as raison, petite crotte.

      On reconnaît scénaristiquement un bon film (qu’il soit d’horreur ou non), entre autres par la multiplicité de ses niveaux de lecture et d’interprétation (et la métaphore compte, bien entendu). Et au regard de ce seul critère, Dans le Noir est un excellent film, puisque la créature n’est pas simplement un monstre au premier degré du fantastique de divertissement, sorti des émanations de l’enfer dieu-sait-comment (pour du pur divertissement premier degré et monodimensionnel, regardez plutôt La Cabane dans les Bois…), la créature peut aussi être interprétée comme une sorte d’allégorie de la dépression et des idées noires de Sophie, le personnage de la mère des deux personnages principaux. Procédé scénaristique qui rappelle très fortement l’excellent Mister Babadook de Jennifer Kent – au passage – puisqu’il suggère, alors que le monstre semble nous harceler et vouloir nous nuire, que le monstre et la menace qu’il suggère peut être en nous, plus qu’il n’est « extérieur ». Quoi de plus angoissant et déstabilisant que d’être soi-même son pire ennemi ?

     Sans entrer dans le détail technico-cinématographique pour lequel nous n’avons ni compétence ni légitimité en tant qu’humble cinéphile, je vous recommande fortement d’aller voir ce film, surtout si vous êtes amateur du genre. Allez-y seul si vous avez des bollocks ou accompagné, mais par pitié, souvenez-vous que, dans une salle de cinéma, devant un film, et particulièrement devant un film d’horreur, lorsqu’on vient avec ses amis, pendant la séance, on FERME SA GUEULE. S’il-vous-plaît.

      Bon courage !dans-le-noir-film

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Tu me donnes encore plus envie de le voir 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s