Isabelle Charpentier dans Politix

De corps à corps. Réceptions croisées d’Annie Ernaux

In: Politix. Vol. 7, N°27. Troisième trimestre 1994. pp. 45-75. Par Isabelle Charpentier

polix_0295-2319_1994_num_7_27Un texte, qui est sociologiquement intéressant, moi qui ai horreur d’Annie Ernaux, et, plus largement du nouveau roman.

Cet article fait polémique, anti-féministe, et pourtant, je trouve qu’il offre un nouveau regard sur la critique littéraire. C’est un œil neuf sur ce qu’est ce qui parait un cercle fermé et élitiste, opaque, hermétique. Il permet de plonger facilement dans ce qu’est la réalité de la recherche et critique littéraire. Mettant l’accent sur le poids de la littérature dans les sciences sociales, et plus largement, sur le relief et la participation historique que cela est réellement. Un écrit qui montre la littérature telle qu’elle est : une histoire des mœurs, qui par son fond, nous laisse découvrir un pan social et historique, mais par sa réception et l’héritage qu’il laisse, empreinte qu’on en voit encore.

A lire d’urgence, réflexion en perspective !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s