Proust, les Français -Warlikowski

Le Théâtre National de Chaillot, qui est magnifique,  nous propose cette pièce de 3h30, directement inspirée d’A la Recherche du temps perdu, de Marcel. Inspiré car, comme le dit si bien Krzysztof Warlikowski, le metteur en scène, adapter Proust au théâtre, c’est impossible.

Les FrançaisA-t-il relevé l’impossible ? Difficile à ire, les 3h30 auraient pu être raccourcis : la mise en scène, les gestes, les monologues, le rythme tout simplement, sont lents. Il y a des longueurs (chants, musiques, longs et sans nécessité, il y a même un massacre de Phèdre) Certains textes choisis m’ont paru de trop, il y beaucoup de redite. Et le son ! Mais quelle horreur ! Une honte ! A vous briser les tympans, je suis sûre d’avoir perdue un ou deux niveau d’audition !

Il y a tout de même des louanges à faire : une mise en scène épurée et moderne, élégante et extraordinaire, à partir du moment où on s’habitue à voir des couples baiser dans un coin.

Cinématographique : le son annonce les transitions avant toute chose, l’utilisation de l’écran géant et de ses gros plans est superbe, et il y a un jeu des ombres magnifiques.

Bref, on retiendra que ce n’était pas impérissable, maladroit pour un théâtre d’une telle ampleur. Mais somme toute, cela aurait pu être agréable. Un bel effort ! De bonnes idées ! Et un beau jeu d’acteur !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s