Murakami (Haruki) – Des hommes sans femmes

Screenshot_20170607-090522

Avant de commencer cet article, j’aimerais vous dire que vous m’avez réchauffé le coeur, et je vous remercie tous ! Vous n’imaginez pas le bonheur que ça m’a fait, je tiens ma petite bibliothèque numérique, mon Bar depuis 2013 maintenant.

 

 

Pour avoir toutes les actualités en direct, veuillez retrouver le fb !

 

Passons à Des Hommes Sans Femmes, de Haruki Murakami, éditions Belfond, 02 Mars 2017, 304 pages.

Comme dirait une ancienne prof’ à moi « Il y a la bonne, et il y a la mauvaise Marguerite » (Yourcenar/Duras). Moi, je dirais plutôt, « il y a le bon, et il y a le mauvais Murakami« . Indice : ce n’est pas celui-là. Et si je suis surprise (que dis-je, outrée) de me rendre compte que je n’ai pas fait d’article sur RYU Murakami, son talent, ses nouvelles et ses romans qui vous transpercent et vous emportent…

Malheureusement nous ne sommes pas là pour parler de lui, mais bien de Haruki Murakami. Il faut savoir que c’est le tout premier livre que je lis de lui, j’arrive un peu sur le tard, mais, justement, aucun de ses livres précédents ne me tente (non, ni Kafka sur le rivage, ni 1Q84).

Alors, vous allez dire que ce mois-ci je suis un peu anti-littérature japonaise, ce qui est généralement FAUX. Mais là, Murakami fait clairement des hommages à Soseki, que j’ai détesté. Ca ne m’a pas mise en de bonnes conditions.

9782714460684Quoi qu’il en soit, concernant ces diverses nouvelles, d’hommes hantés par des femmes  et les souvenirs qu’ils en ont, je dirais qu’une seule nouvelle m’a marquée ( et pourtant je viens de le lire ! Mon esprit l’a déjà zappé !). C’est une nouvelle où, après son divorce, un homme ouvre un bar, là, un mystérieux homme vient régulièrement lire et un chat fait sa place en haut d’une étagère. Je trouvais l’ambiance douce et simple, immersive et jolie. Mais si je me souviens bien, la fin c’est un peu n’importe quoi.

Comme tout le livre. C’est un peu n’importe quoi, et on ne comprend pas bien où il va ni où il arrive. Idem, la dernière nouvelle semblait prenante : un jeune homme qui semblait avoir été enfermé, voire même transformé car, si j’ai bien compris, à l’origine c’était un animal. On est pas sûrs, on ne comprends pas. Puis il y a la guerre, puis il doit apprendre à décoder le monde… Enfin bon, que des ingrédients pour que ce soit passionnant ! Et non, il ne se passe rien, on ne comprend rien, on ne nous explique rien, et on ne sait même pas où on est, si bien qu’on n’a rien gagné après la lecture de la nouvelle.

Bref, ce sont les deux nouvelles qui me reviennent le plus clairement. Je ne doute pas que ce soit peut-être son ouvrage le plus raté (ça peut arriver) et que je n’ai sans doute pas fait le meilleur choix. Puis, en sortant tant de livres à la suite, on s’essouffle, à la manière de certains de nos auteurs français…

Donc je laisse à ce Murakami là le bénéfice du doute. Mais je reste très surprise de l’avoir vu dans le Top des ventes de la FNAC !

Et vous, êtes vous des fervents d’Haruki Murakami ? 

Publicités

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Merci pour cet article…Je préfère aussi RYU Murakami, mais de Haruki, j’ai bien aimé Autoportrait de l’auteur en coureur de fond, récit biographique sur son expérience de coureur de marathon (pourquoi court-on…?)
    J’ai aussi fait un petit article sur sa Ballade de l’Impossible : https://carolinefaure-ecrivain.com/2015/05/31/la-ballade-de-limpossible/

    1. Merci j’irai regarder ça pour me faire une idée 🙂

  2. Sev dit :

    Haruki Murakami, ca passe ou ca casse. C’est trop bizarre pour laisser indifferent. C’est un peu comme Nothomb pour moi: plein d’engouement, mais je ne comprends pas trop pourquoi. Les livres semblent interessant mais j’ai toujours l’impression de passer a cote de quelque chose, de n’avoir pas capte le truc…
    S’il te plait fait un article sur Murakami Ryuu, Les bebes de la consigne automatique, Bleu presque transparent, Kyoko… Ces livres bruts de decoffrage ont marque mon adolescence – et la au moins, je comrprenais ou vulais en venir l’auteur.

    1. Bleu presque transparent reste un de mes livres préférés tant sa sublime découverte à été une surprise !
      Mais oui je vois ce que tu veux dire, le rapport entre haruki et notomb, je n’y avais pas pensé mais c’est exactement ça.

      1. Sev dit :

        On se comprends alors! Ils sont tous les deux un peu perchés, et pas moyen de savoir si c’est dun pur génie ou du foutage de gueule…
        J’attends avec impatience une chronique sur Bleu Presque Transparent…

      2. Il faut que je m’y replonge dedans alors 🙂
        Je suis bien heureuse de lire quelqu’un qui partage totalement mon avis et mon ressenti à leurs sujets 🙂

  3. Je ne saurais te conseiller je n’ai pas encore lu cet auteur bien qu’il m’attire et je pense que soit ça passe soit ça casse…

    1. Oui c’est ce que j’ai entendu dire. En tout cas je te déconseille celui-ci 🙂 il y a déjà quelques autres idées dans les commentaires.

  4. AMBROISIE dit :

    Je n’ai encore jamais lu de Murakami même si j’ai Le passage de la nuit dans ma PAL… Mais ce que tu m’en dis m’inquiète beaucoup, apparemment il est très controversé et je suis curieuse de me faire mon propre avis.

    1. Oui c’est vrai que je ne m’attendais pas à ça. j’irai lire ton article pour savoir ce que tu en penses !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s