Le Gouffre – Andreïev

Nouveau livre en l’honneur de mon Challenge des Littératures Slaves, un recueil de nouvelles à nouveau traduit par la brillante Sophie Benech, on se rappelle de son remarquable travail pour Iouri Bouida, La Mouette au sang bleu comme Le Train zéro.

Leonid Andreïev, Le Gouffre, éditions José Corti, 1998, 474 pages.

9782714306524fsVoici un recueil de nouvelles, je dois prévenir, assez dépressif. Honnêtement, si vous n’avez pas le moral, ne lisez surtout pas ça. C’est un recueil rempli de désespoir, la mort y est omniprésente. C’est assez glaçant et 35 nouvelles (au moins !) qui s’enchainent de la sorte c’est très lourd. Le style lui-même, bien qu’il doit parfaitement rendu par la traductrice, est beaucoup plus longuet, hermétique que celui de Bouida, par exemple. Le style n’est pas indigeste mais il est aussi lourd que les sujets évoqués.

Abandons, maladies, morts… Le Gouffre… LES gouffres comme autant de nouvelles, ouvrent les entrailles de l’humain pour en humer la noirceur. Honnêtement, c’est assez immonde, certaines nouvelles sont très réalistes d’autres beaucoup moins, faisant penser à l’univers de Thierry Di Rollo. La nouvelle éponyme, en réalité, montre vraiment ce moment, cette tangente où l’être humain sombre et devient laid, méchant. Et c’est la méchanceté du monde qui est montré : avec, je le répète, l’abandon, ou le rejet, d’une personne à cause d’un statut social, un défaut physique… Le moindre trait physique ou de caractère est soumis à la vomissure, à être montré du doigts, traîné dans la boue. Et comme une impasse, le gouffre aspire tout et il n’y a aucun moyen d’en sortir : on reste bloqué dans le carcan où la société nous voit, là où on nous a mis.

Honnêtement, c’était très bien, mais très déprimant. Très intéressant, je pense qu’à s’y pencher réellement dessus, il y aurait beaucoup de choses à en dire.

Allez, dans l’honnêteté la plus totale, la nouvelle C’était m’a fait larmoyée.

Connaissiez-vous cet auteur ?

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Goran dit :

    Mais tu n’arrêtes pas de copier mes lecteurs 🙂 moi j’avais adoré, c’est que j’aime les livres déprimants…

    1. Oui, je pense que celui là c’est ton article qui m’avait donné envie de le lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s