Top & Flop Novembre

Ce mois-ci, de manière plus classique, nous nous pencherons sur les grandes expositions du moment !
C’est un mois french-trotteur, retrouvez dans ce petit Bilan des lieux de Rennes et Reims  !

Le mois prochain, c’est la fin du Challenge des Littératures Slaves, ce sera également un mois qui parle d’art et d’écoféminisme, attendez-vous donc à une bonne part d’ouvrages critiques !
Attendez-vous d’ailleurs à quelques nouveaux entretiens en décembre ou janvier !

CHALLENGES

Challenge des Littératures slaves
Incroyable et Merveilleux Bratislava 68. Lisez le !
Les Années 20, plus politique qu’artistique, ce n’est pas ce que je cherchais.
Des Gens sans importance, intéressant mais est bien loin des grands auteurs dont il se réclame.
La Musique d’une vie, belle découverte de cet auteur. Très bon livre, rapidement lu.

Challenge Voix d’Autrices
Pas ce mois-ci ! (honte à moi !)

Challenge le Pavé du Mois
Pas ce mois-ci non plus (décidément !)

Suivez le thème
A nouveau, l’excellent Bratislava 68, été brulant.

Challenge Roman Graphique
Le très décevant Prendre Refuge

EXPÔ TOP

REIMS (quartier Cathédrale). Citoyennes paradoxales, jusqu’au 9 décembre au Palais du Tau.
L’exposition est une exposition de femmes, je n’ai rien contre, bien au contraire, mais j’ai trouvé ce postulat un peu maigre, surtout depuis que de plus en plus d’expositions féministes ont vu le jour, et qu’on aura du mal à égaler @Elles au Centre Pompidou (2008) sans complexifier ce thème. Mais c’est bel et bien une exposition au TOP avec des artistes sensationnelles dont les champs d’études sont intéressant. Et plus encore, le Palais du Tau renferme de nombreuses collections chargées d’Histoire : gargouilles, statues, joyaux… dans lesquelles les commissaires ont articulés l’art contemporain avec brio. Sans jamais jurer, le mélange contemporain/classique, car superbement maîtrisé, nous donnait l’impression que le Musée fut toujours tel !

REIMS (quartier Hôtel de Ville). Seul(s), jusqu’au 24 février 2019, Le Trésor.
Ce n’est pas une exposition difficile malgré le thème, c’est à dire qu’il n’y a pas réellement de photos chocs ou douloureuses, bien que ce soit une exposition de photos documentaires. Les textes sont magnifiques, parlants, en les lisant on ressent. La scénographie est incroyable, dédale de couloirs noirs, on se perd pour se retrouver face à une image, comme tant de tireurs en embuscades. En arpentant le parcours, de portes dérobes en cul-de-sac, on songe vraiment aux jeux-vidéo type Call-of-Duty. L’artiste d’ailleurs utilise ce jeu comme parallèle, comme dénonciation. Une magnifique exposition au sujet grave (guerre et trauma) mais menée d’une main de maître. Pas besoin de trash pour ressentir.

RENNES (35). Les Ateliers de Rennes aux Beaux-Arts.
Très intéressantes installations et scénographies. Comme au Palais du Tau, ils ont souhaité faire dialoguer contemporain et art classique. Malheureusement, au lieu d’en faire comme au Palais du Tau, quelques œuvres semblent égarées dans la collection après avoir passé un espace purement contemporain. Cependant l’exposition contemporaine est très bien pensée avec un lieu pas toujours évident à mettre en scène.

RENNES (35). « Shiam et Afida » de Meriem Bennani, à La Criée, dans le cadre des Ateliers de Rennes (Biennale de Rennes).
Pour cette exposition, qui n’est rien d’autre qu’une installation vidéo monumentale, le centre d’art La Criée a totalement repensé son espace, le plongeant dans le noir, vraiment fascinant. La Criée est récemment devenue un Centre d’art national, et avec La Passerelle de Brest organisent des actions en territoires : l’art, par-delà les villes.

PARIS (16). ON AIR, carte blanche à Tomas Saraceno jusqu’au 6 janvier 2019 au Palais de Tokyo.
Je n’ai que de belles choses à dire. Une exposition, aérienne, c’est le moins qu’on puisse dire, mais qui implique le public sans brusquerie et avec toute sincérité. C’est un plaisir de se perdre dans le Palais de Tokyo, un délice, l’exposition joue avec de nombreux jeux de lumières. Une grosse partie de l’exposition est dans l’obscurité, on erre entre les toiles d’araignées (oui, à des moments j’ai pas été très à l’aise) comme au milieu de ballons étonnement apaisants. Apaisants, c’est l’exposition entière, tout en flottement, en finesse, et si beau ! Un esthétisme sublime, des thèmes multiples et presque mystiques. Moi j’y retourne, vous venez ?

VAL DE MARNE (Vitry-sur-Seine). Persona Grata, jusqu’au 20 janvier 2019 au MAC VAL.
Bon, je vais pas vous le cacher, pour y aller, c’est chiant. Mais l’exposition en vaut le coup d’œil ! La scénographie est remarquable. Et il est appréciable, dans un grand musée comme celui-là, de trouver des artistes peu connus ou qu’on n’attendrait pas là, comme ben. par exemple. Le sujet est extrêmement bien traité, en douceur et délicatesse mais avec des œuvres très fortes.

PARIS (20). Première édition de la Biennale de l’Image Tangible, jusqu’au 22 décembre.
Un beau projet articulé comme une balade. Le projet est agréable et intéressant car on sent réellement la cohésion entre les lieux qui l’hébergent, la volonté de faire vivre l’arrondissement, de lui redonner ses lettres de noblesses de quartier bon à vivre parisien. Au-delà de ça, les œuvres sont choisies avec grand soin, la Villa Belleville a, elle aussi, accès sur l’aérien. Très bonne sélection d’œuvres, très bien articulée.

PARIS (06). Grayson Perry à La Monnaie de Paris jusqu’au 03 février 2019.
Encore une exposition merveilleuse ! Que j’ai eu la chance de découvrir sous l’œil aiguisé de la curatrice. Par thématiques, société, sexualité, berexit, masculinité… On plonge dans l’œuvre incroyable de cet artiste qui se travesti pour le plaisir. Il invente autant de personnages pour dénoncer le monde dans lequel on vit : toujours avec couleur et humour, dans des tapisseries et des céramiques dont la technique et la beauté vous laisse coi. Encore une fois, je n’ai que des compliments à faire, mais que de choses à dire ! Et que de qualité esthétique et technique (je me répète, mais c’est vraiment fou !) Un artiste qui questionne la société britannique et les carcans du genre.

grayson
Grayson Perry

EXPÔ FLOP

Reims (quartier St Remi). Est-ce que je me contredis ? C’est entendu, alors je me contredis. (Je suis vaste. Je contiens des multitudes). Commissariat d’Emmanuelle Lainé, au FRAC Champagne-Ardenne jusqu’au 16 décembre. 
Veuillez relire le tire de l’exposition, s’il vous plait. Fait ? Bien. Bah voilà, la commissaire ne s’en cache pas, elle a fait n’importe quoi au pif au mètre. Pardon, hein, les œuvres n’ont aucun sens entre elle, médiation inexistante. Rien. Ça aurait pu aussi bien s’appeler « sans queue ni tête« .

RENNES (35). Les Ateliers de Rennes au FRAC Bretagne.
Le FRAC est un bâtiment d’une réelle splendeur. Mais l’exposition est… Compliquée. Ils semblent avoir une politique de médiation, mais il n’est pas rare que les gens n’aillent pas naturellement vers les médiateurs. Je veux dire par là, que, même moi qui apprécie l’art, les œuvres exposées au FRAC dans la Biennale, sans autres indications que leur titre, sont TOTALEMENT hermétiques. Je pense qu’il faudrait repenser l’exposition avec de réels parcours de salles, des cartels plus importants par exemple, permettant au visiteur d’avoir le choix de les lires ou non. Une exposition, faîtes comme un livre d’art.

LIEUX Ô TOP

Reims (51). Le Café du Palais.
Typique de la région, très (TROP) copieux. Par contre très bon et décoré par un collectionneur, un amoureux d’art : très agréable. Cher mais vaut son prix.

Reims (51). Délirium.
Très bon choix de bières, déco au TOP.

Reims (51). Villa Bella.
Très copieux. Prix assez élevé, longue attente, mais l’escalope milanaise vaut le coup !

Rennes (35). L’épicerie, bistrot à tartine.
Dès que je vais à Rennes, c’est mon passage rituel. De bonnes bières, de bons cidres, une équipe charmante, un cadre très cosy, et des tartinettes à tomber. Des produits frais et de qualité !

Rennes (35). Le Gazoline.
Bar à bière, avec un barman toujours très sympa et attentionné. Bon choix de bières.

Rennes (35). Au Thé Gourmand.
Des thés délicieux, une atmosphère apaisantes et très bonnes tapisseries.

Rennes (35). Casa Antonio.
Meilleures pizzas de Rennes, mais attention, évitez de prendre le menu c’est assez lourd comme ça !

Rennes (35). Peacock.
Excellent bar à cocktails !

LIEUX Ô FLOP

Reims (51). Le Bistro du Forum.
Correct mais limite, viande pas top. Cher pour ce que c’est. Lieu sans âme.

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ton article est extrêmement intéressant, et j’irai au Palais de Tokyo et à la Monnaie de Paris. Merci !

    1. Avec plaisir ! Merci infiniment pour ton commentaire ! N’hésite pas à revenir me donner ton avis sur ces expositions. J’espère qu’elles te plairont autant qu’à moi !

  2. Marilyne dit :

    Je viendrai bien pour l’expo ON Air !

    1. Il me tarde de lire ton avis alors ! Elle est vraiment belle mais aussi très érudite. Un vrai coup de cœur qui bouscule un peu nos repères.

  3. J’irai voir l’exposition Seul(e) à Reims quand j’irais en fin de mois, tu m’as donné envie.

    1. Ah super ! Il me tarde de connaître ton avis ! Certaines œuvres, si elles avaient été isolées m’auraient peut-être laissé de marbre. Mais l’articulation contemporain et classique est une grande réussite !

      1. Hâté de voir ça !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s