L’exforme – Bourriaud

J’en ai mis du temps pour le lire ! Au moins deux mois, malgré ses peu de pages. Attention, ouvrage complexe !

Nicolas Bourriaud, L’Exforme, Perspectives critiques, PUF, 2018 (pour la présente réimpression), 140 pages.

1528853422_9782130798149_v100Pourquoi si difficile à lire ? Pour les phrases très alambiquées, en fait, on ne peut pas dire que Bourriaud soit prolixe ! Mais en une phrase, il en dit trois, c’est pas si mal. Mais ne vaut-il pas mieux trois phrases simples, qu’une seule qu’on relit dix fois avant de la comprendre ?
Là je vais partir dans le débat des essais, car j’ai l’impression que peu de membres de la Blogosphère lisent des essais (pour le plaisir du moins) car ils ont l’impression que c’est très compliqué. Dans ce cas-là c’est le cas, c’est presque une caricature ! Mais je pense que beaucoup d’essais sont intéressants et pertinents sans en faire autant.
Allez, deux petits exemples au hasard :

« Pour le matérialisme althussérien, le monde présent est le produit d’innombrables carambolages provoqués par la « déviation infinitésimale » des atomes hors de leurs trajectoires parallèles : il est donc, par essence, accidentel. » (p.68)

« Ce qui a fait des cultural studies et de leurs dérivés artistiques le paradigme de la pensée contemporaine provient ainsi des restes du messianisme benjaminien, transfigurés par le maoïsme et l’althussiérisme : c’est dans le décryptage érudit de la culture populaire que s’est réfugiée la quête métaphysique portée par la radicalité révolutionnaire, et c’est par lui que s’effectue le « sauvetage historique » (…) » (p. 52)

Si je râle autant c’est parce que je suis une grande friande des articles de Bourriaud au sujet de l’art contemporain : ils sont captivants et éclairés, et ce livre, fouillis car trop érudit m’attriste un peu.

Trêve de plaisanterie, ce livre reste une mine d’or. En mai 2019 sera publié un article éclairé à son sujet, qui permettra d’en avoir les clés.
C’est en effet un livre très intéressant pour comprendre l’art contemporain, mois que « d’où vient-il » mais beaucoup plus de sa place dans le monde. Il interroge l’art, son statut, sa place… Comment se place-t-il dans l’ère numérique ?

« A l’ère du réseau Internet, de la communication en temps réel et de l’hyper-mobilité globale, il apparaît logique que s’installent de nouveaux modes de perceptions et de représentation de l’espace-temps, entraînant les artistes à entrelacer l’un et l’autre. » (p. 78)

L’art comme réflexion de la société et du temps, nous n’inventons rien, pourtant la vitesse et les nouvelles technologies récréent le monde, notre société capitaliste à outrance, plonge les artistes dans de nouvelles réflexions, de nouvelles difficultés. L’art est devenu un produit consommable, le moteur des actions de la population étant l’argent. L’art, pour réfléchir a besoin de fonds, et se coule dans ce modèle, pour le dépasser ?
Il critique beaucoup la société comme si cette dernière abîmée l’art, dans le sens où elle le transforme en produit :

« (…) l’abandon par l’artiste moderne de la sphère idéale où évoluaient la grandeur et le sublime, au profit du « n’importe quoi » dont il fera désormais son sujet et ses matériaux, (…) résume l’histoire de l’art moderne. » (p.122)

C’est un peu réducteur ! Mais beaucoup de dilettantes ont dû se dire cela en regardant l’exposition dans le cadre des Ateliers de Rennes au Frac Bretagne. (voir Top&Flop de Novembre)
Ainsi, ouvrage un peu engagé, il dénonce la société d’outrance financière dans laquelle nous sommes, il a de l’espoir dans la déconstruction que les artistes peuvent faire de la société, en réutilisant l’iconographie de la culture pop’ qui représente justement cette grande société capitaliste.

C’est un résumé bien court et bien réducteur de ce livre : un ouvrage fondateur de la pensée artistique contemporaine.

Et vous, vous lisez Bourriaud ? D’autres penseurs dénoncent la même chose, vous en connaissez ?

2 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s