Mythes russes – Warner

C’est grâce à ce livre, peut-être, qu’on peut réellement appréhender la différence des différentes appellations telles que contes, légendes ou mythe. Ici, on parle bien de mythes, issus de la culture populaire, sans vraiment de littérature, mais hérités par des coutumes  et rituels.

Elizabeth Warner, Mythes russes, collection « Sagesses », Editions du Seuil, 2005, 154 pages.

51-kpnarmplCe qui est prégnant dans la mythologie russe est le rapport complexe et indissociable que les Russes entretiennent encore aujourd’hui avec la nature. L’autrice l’explique d’ailleurs assez bien : surtout en Sibérie, les humains ont dû entrés en lutte avec la nature, les contrées sont sauvages et immenses, le temps tout sauf clément.
Ainsi, ce sont souvent les démons et autres esprits qui sont complices de la nature malveillante. Tandis que, les éléments, s’ils sont à craindre et à respecter comme des Dieux, possèdent ne grande miséricordes et réalisent les souhaits.
Ainsi par cette crainte et ce respect de la terre, de la nature, dans l’imaginaire russe : un laboureur est aussi valeureux qu’un soldat car il mène très justement cette lutte avec la terre. Cela nous rappelle les nouvelles de Tchekhov et Tourgueniev qui étaient témoins de ce phénomène.
Cependant, il n’est pas impensable, et il est même suggérer que certains agriculteurs ruraux continuent, aujourd’hui, certaines formes de rituels.

Ainsi, dans les mythes russes, il n’y a pas de réel figure divine, les éléments et la nature en sont un très bon équivalent, bien qu’il y ait un réel mélange avec le christianisme. Ainsi, on observe comment cette culture a réussi à allier ces diverses croyances au fil de son évolution.

Je vous recommande cet ouvrage, l’écriture d’Elizabeth Warner est sans tentative de style alambiquée : limpide et agréable à lire.
Elle étudie les références issu de la culture populaire, de comment vivent et pratiquent les russes, plutôt que de vagues récits. Par ailleurs, toutes les recherches sur lesquelles elle se fonde sont hypers intéressantes : c’est un croisement de sources, des temps anciens à nos jours, des contes oraux retrouvés aux analyses des chercheurs en littérature, ethnographie, etc.

2 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s