Top & Flop Août

 

Bonjour à tou.te.s !
J’espère que les chanceux ont bien profité de leurs vacances. Mes cinq jours ont été salutaires, ainsi vous trouverez quelques petites adresses barcelonnaises ci-dessous.

Le mois d’août a aussi été célébré par le retour de Goran et d’une nouvelle lecture commune !
Je m’inscris à nouveau au Challenge Roman Graphique sur Livraddict qui commence en Septembre.

CHALLENGES

Challenge Voix d’Autrices
Deux lectures pour le challenge voix d’Autrices ! Il est temps que je m’y mette !
La lecture commune, Le Cap des Tempêtes, de Nina Berberova en fait parti.
Ainsi qu’une étrange, mais très douce, lecture qui m’a été conseillé par ma mère, ôde au souvenir et à l’enfance : L’enfant qui de Jeanne Benameur

Challenge Un Mot, des titres – 14 août au 14 octobre
Première participation pour ce challenge organisé par Azilis. Bon, il faut dire que je commence en douceur : la consigne était des plus simple ! Lire un livre dont le titre contient « le, la, les ou l’  » nous avons donc deux participations, les mêmes que ci-dessus :
Le Cap des Tempêtes et L’enfant qui

Challenge Le Pavé du Mois
Le pavé de ce mois-ci est Le Cap des Tempêtes, avec ses 428 pages, décidément, ce livre aura tout fait !

21.quantica_43b0412
© CCCB, 2019. La Fotografica

EXPÔ TOP

Ω Quanticà. Centre de cultura contemporanea de Barcelona, jusqu’au 24 septembre.
Quanticà réconcilie la science et l’art. Le centre d’art avec un partenariat entre des artistes et le CERN (European Organisation for Nuclear Research, Geneva.) Projet international sur la physique quantique, il reste néanmoins difficilement accessible pour qui n’a pas un bagage scientifique bien que le projet soit profondément intéressant. Je pense qu’il aurait fallut développer les cartels ou peut-être se procurer le catalogue d’exposition.

Ω Féminismes ! Centre de cultura contemporanea de Barcelona, jusqu’au 1er décembre.
Une très belle histoire du féminisme, accessible, avec des œuvres parfois amusantes, une dénonciation utile, le début d’un combat.

Ω Princesses des villes. Palais de Tokyo, jusqu’au 8 septembre.
Je suis trèèès en retard sur les expositions que je souhaite voir mais j’ai réussi à ne pas rater cette sublime exposition. Déjantée, ce qu’il faut de dérangeant, dénonciation du culte de l’argent, de la prostitution… Un monde de la ville presque sublimé dans on horreur. Une scénographie qui participe à cette impression de voyeurisme, de palettes et de parpaings, une vraie favelas labyrinthique s’offre à nos pas, avec des œuvres réellement sublimes et incroyables.

CINEÔ FLOP

Ω Le Parasite. Bong Joon-Ho
Palme d’or de Cannes 2019. Les plans sont superbes et la double lecture que permet l’esthétisme du film (ville à deux étages / descente aux enfers / milieux sociaux inégaux) ne sauvent pas tout. Satyre grotesque de la scission pauvre/riche il n’invente pas la poudre, il est très correct mais avec l’impression d’avoir vu du vu et revu.

LIEUX Ô TOP

Ω BARCELONE (Ramblas). LOURO.
JAMAIS au grand JAMAIS je n’aurais mangé sur les Ramblas, attrapes-touristes géants. Mais, à force de voir tant d’avis positifs, je me suis dis pourquoi pas. S’il est bien domicilié sur les Ramblas, il est au fond d’une cour et les surplombe. De la cuisine espagnole gastronomique, un vrai régal.

Ω BARCELONE (Jaume I). DR.STRAVINSKY.
Dans un quartier particulièrement agréable, assez bohème, assez confidentiel et un peu hors des chemins touristiques. Vraiment un endroit où on a envie de retourner, cette ruelle avec des bars bien alléchants. Ici les prix sont parisiens mais la qualité est bien là.

Ω PARIS (08). BEEFBAR.
Restaurant littéralement hors de prix. MAIS ce n’est pas chaque jour qu’on peut déguster du boeuf de kobé dans une si belle et particulière ambiance. Chic, glamour, un incroyable restaurant.

Ω PARIS (15). HANAZA.
D’une part, leurs plateaux de sushis et de makis sont excellents. Mais par dessus tout, leurs plats de poissons, typiques et recherchés, sont également très fins et savoureux. Les prix ne sont pas excessifs, je conseille !

Ω PARIS (15). LE MURMURE.
Lieu sûr : les vins y sont divins, et la bière du mois toujours choisie avec soin. Les mets, entre brasserie et gastronomie, raviront tout le monde. Malheureusement, par les prix qu’ils pratiquent ils se donnent un genre de standing bien dommage.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s