L’Eau rouge – Pavicic

Bonjour à tous, j’ai programmé cet article il y a plusieurs semaines maintenant, à l’issue de ma lecture et j’en édite l’introduction avant publication. C’est une lecture commune qui n’est pas seulement particulière parce que nous avons été nombreux à y participer – merci à tous – elle est surtout particulière car cela aura été la dernière de notre cher Goran dont j’ai eu la chance d’être la « copinaute ». Je ne doute pas que son article sera publié car je sais que, lui aussi, l’avait programmé bien en avance, cela a été un plaisir de découvrir des auteurs et des romans ces dernières années avec lui.

Merci à notre magnifique peloton de participants, vous trouverez leurs avis en lien dès qu’ils seront postés :
– Armoire à lire
Meredith
Fabrice Causape
Accros aux Livres

Jurica Pavicic, L’eau rouge, Agullo, 2021, 358 pages.

L’écriture est belle, un livre que je conseille aux amoureux des belles descriptions. La description est le cœur de ce livre : les paysages, les mœurs, les pensées, la géographie…
Les descriptions sont bien menées mais très nombreuses. Elles cristallisent cette idée d’attente et de suspens qui est au cœur du roman : une famille, une ville, des vies en suspens dans l’attente de retrouver une jeune fille disparue. Mais 358 pages de cette latente description, qui s’allonge et s’étire, même si au début cette ambiance peut séduire, ça use !

Cette disparition au temps figé est en forte altercation avec le reste du monde : guerre, chamboulement du pays, le capitalisme qui fait son entré… L’effervescence et les drames du pays qui prennent place en quelques décennies seulement s’opposent à la langueur de la plume et de l’histoire principale. C’est, certes réussi, mais il faudra m’expliquer qu’est ce qu’ils entendent par l’appellation de thriller ?

Mais on s’ennuie. Ici, pas de scène haletante, pas de tension, aucun suspens. Pas même d’enquête ! Pour un polar, c’est dommage. On est porté par les lentes descriptions des paysages et du drame, des vies bouleversées, de la tristesse qui coule… Mais d’enquête il n’y en a pas, et puis, finalement, ça coule tellement qu’on ne parvient pas à s’intéresser de cette situation. Je ne sais pas si c’est voulu, mais on fini par s’en foutre totalement de la disparition et on regarde ce pays changer aussi violemment que l’écriture est lente.
C’est finalement l’histoire d’un pays et de vies, comment des souvenirs s’effacent, comment on perd espoir, comment un pays change. Mais le livre se vend tellement différemment de ce qu’il est qu’on passe à côté, je pense que l’auteur aurait pu réellement écrire un livre sur le pays changeant et que cela soit puissant en abordant cette thématique. Mais je ne sais pas pourquoi il est allé mixé ça avec un lointain genre policier. C’est vraiment maladroit et n’a finalement pas grand intérêt parce que, comme je le disais, on oublie la disparition au fil des pages, et le dénouement est un lapin sorti de son chapeau.

C’est typiquement le genre de livre qui vous propose quelque chose pour vous en servir une autre. Ainsi comme ce n’est pas à quoi vous vous attendiez, vous n’êtes pas bien sûr de savoir si vous appréciez ou pas le goût que vous avez en bouche.

Pour couronné le tout, déjà que le livre n’a pas mis le lecteur dans de bonnes disposition, la fin niaise au possible !!! Et, bien évidemment, je ne peux pas vous révéler pourquoi ! Quoi qu’il en soit, ça se termine par une maladroite queue de poisson pour arriver sur du niais. Un mélange des genres, des portées du récit, bien dommage.

10 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ingannmic dit :

    Intéressant, cet avis qui tranche avec tous ceux que j’ai pu lire jusqu’à présnet, et qui étaient élogieux.. du coup, tu refroidis un peu mon envie de le lire ! Je m’en vais lire l’avis de Goran..

    1. tu vas être servie ahah j’avais pu échanger avec lui à l’issu de nos lectures, il avait trouvé le brouillon de mon article « trop gentil »

  2. Madame lit dit :

    J’aime bien les récits aux longues descriptions mais lorsqu’ils se terminent en queue de poisson, c’est pénible.

    1. « aux longues descriptions » disons que c’est plutôt UNE longue description à n’en plus finir.

  3. Comme Ingannmic, je suis surprise de lire chez toi et Goran des avis si critiques alors que les autres que j’ai lus étaient plus enthousiastes. Tu mets au moins en avant le côté positif de l’écriture et des descriptions. Comme j’ai écrit chez Goran, ces critiques si critiques me donnent presque envie de lire le livre à mon tour!

    1. Oui, on a été très surpris de vois les très bons retours sur ce livre qui nous a vraiment ennuyé !
      Il me tarde de découvrir ton avis et celui d’Ingannmic !

  4. armoirealire dit :

    Bonjour, je comprends totalement ton avis concernant l’aspect Thriller qui n’est effectivement pas présent. Je n’attendais pas spécialement un livre d’action avant la lecture donc je n’ai pas été déçue durant ma lecture, au contraire, j’ai aimé lire les descriptions et chercher des indices où il n’y en avait peut-être pas (mode paranoïa activé) haha Je suis désolée d’apprendre la nouvelle concernant Goran, j’adorais ses critiques et ses propositions de livres. Pour terminer sur une note positive, je dirai que j’ai hâte de faire une autre lecture commune avec vous, tes propositions sont toujours intriguantes 🙂 A bientôt !

    1. Mais où étais-tu passée ? J’ai attendu que tu postes ton avis sur WP ou insta 😁 Mais oui en effet j’ai été très déçue par ce livre ahah

      Oui, il va beaucoup nous manquer…

      À très vite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s