La vengeance m’appartient – Ndiaye

J’ai, moi aussi pour une fois, cédé aux sirènes de la nouveauté, des grands prix, du m’a t’on dit, et compagnie… Mais là, j’étais très curieuse par ce livre très critiqué alors qu’on s’attendait à ce qu’il soit encensé. Il paraissait compliqué, de quoi me plaire !

Marie Ndiaye, La vengeance m’appartient, Gallimard, 2021, 240 pages.

Ne me demandez pas ce que j’en ai pensé, je n’en sais rien. Ne me demandez pas de quoi ça parle, je n’en sais rien. Je n’ai absolument rien pigé.
Mais je crois que c’est fait exprès.
Et c’est si bien fait exprès que peut-être on n’en veut pas à l’autrice.

L’écriture est exceptionnelle ! Elle tempête, c’est un flot de pensées inaltérable, qui s’embrouillent et s’emmêlent. Il y a un sens de la formule tout à fait renversant, le bon mot, la bonne tournure. Ce ne sont jamais des mots ou des formules érudites mais souvent complexes. Le lecteur, plongé au cœur de la personnage principale, essui tous les drames et les doutes qui l’habitent. Ainsi, comme un flot de pensées, un tsunami, un ouragan, la personnage principale s’exprime comme on songe. La virgule vous semblera à une place étrangement familière, alors même qu’à l’écriture, elle ne se loge habituellement pas là.
C’est une expérience littéraire très agréable que je conseille. On finit par dévorer les pages. Personnellement, c’était en partie pour comprendre, savoir, sortir du flou. Mais, vous l’aurez compris, là, c’est moi qui rêve.

Un rêve ou la folie ? Honnêtement, je me suis demandée s’il ne fallait pas relire le livre pour s’apercevoir que le personnage principal était fou, à la manière de certains films. Je ne divulgâche rien ! Je questionne ! Je n’ai rien compris !

Ainsi, nous sommes plongés, noyés, dans l’intériorité de Me Suzanne – Me étant Maître et pas un prénom, hein ? – qui est avocate. Avocate qui a réussi à se sortir de sa condition familiale et à se hisser en haut du barreau, elle en garde une certaine gaucherie. Alors, elle cherche à aider les plus démunis, parfois en ne demandant que de l’amitié en contrepartie, qu’elle n’obtient même pas. Ayant ouvert avec ses seules petites mains son cabinet d’avocat, on lui refile des affaires terribles, pas évidentes, qu’elle perdra forcément. Cette dame n’est pas très heureuse dans sa vie, mais on comprend l’injustice qu’elle ressent et toute la haine parfois illégitime qui l’emporte.
On adore haïr avec elle, elle qui ne semble que vouloir valider l’amour qu’on lui offre, en retour de l’amour qu’elle donne. Mais bon, ça ne fonctionne pas top.
On n’en saura rien, hein, parce que elle pense, elle pense, elle pense, elle pense, elle pense, mais ce qu’il se passe réellement, concrètement, finalement, on n’en saura rien !

Pour revenir à l’écriture, elle retranscrit des dialogues. La personnage principale assiste à de réels monologues, parfois de dix pieds de longs. Entrecoupés de « mais », entrecoupés de « car », à peine rythmés et pêle-mêles. Comme ces « du coup » qu’on compte et qui font saigner l’oreille. Comme si, finalement, des récits de ses interlocuteurs, elle ne retenait que les tics de langage.
Et ça, en expérience littéraire, c’est top !


On a envie de croire que toutes les histoires et les affaires sont liées, mais on n’en sais trop rien non plus. Le roman s’achève-t-il sur un rêve ? Le roman s’achève-t-il ?

10 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je n’ai pas du tout aimé…

    1. Oui c’est hyper particulier. Je n’ai vraiment rien compris et toi ?

      1. Pas vraiment non plus, j’ai trouvé l’ensemble très vain et assez ronflant en fait…

      2. Oui il y a un goût d’inachevé en refermant ce livre

  2. J’ai tellement adoré son écriture dans Trois femmes puissantes que j’ai envie de retenter l’expérience.
    A propos du livre dont tu parles, j’ai écouté le podcast de Quoi de meuf , il est super intéressant.https://podcasts.apple.com/us/podcast/120-le-livre-la-vengeance-mappartient-de-marie-ndiaye/id1295839044?i=1000508045203

    1. Merci ! Elle l’a sans doute mieux compris que moi !
      J’ai beaucoup entendu parler de Trois femmes puissantes. J’aurais peut-être dû commencer par celui-ci

  3. Bibliofeel dit :

    Excellente chronique d’un livre que je vais éviter. Je ne vais rien comprendre et je vais avoir du mal à m’en remettre 😄

    1. Oui c’est rare que je ne comprenne vraiment rien ! Mais c’est vrai j’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce que je lisais et l’histoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s