Les quatre filles du docteur March – Alcott

À force d’en parler comme un classique, j’en avais oublié que cela avait d’abord été un livre pour enfants, peut-être ne l’avais-je jamais su. Quoi qu’il en soit, gardez cette information en tête pendant la lecture de cet article qui risque de vous amuser.

Louisa May Alcott, Les quatre filles du docteur March, Gallmeister, édition de 2020, 464 pages.

Ainsi, on y retrouve le côté de jeunesse désuète qui m’avait déjà beaucoup déplut dans le club des 5 par exemple. Ce ton enfantin et daté qui me faisait préféré le dessin animé aux livres et qui m’ennuie encore aujourd’hui profondément.
Il faut savoir que je me régalais d’avance en imaginant ces grands romans sentimentaux bourrés de drames. Je savais qu’il arrivait bien des malheurs à ces filles, et si je ne l’avait pas su je n’aurais sans doute pas pousser ma lecture. C’est que, c’est tellement ennuyeux, qu’on leur souhaite le pire. 200 pages de « allons coudre sous un arbre » non, franchement, en voilà une drôle de torture !

Heureusement nous avons là Jo, aventureuse, un brin garçon manqué, amoureuse de la littérature, qui s’amuse à écrire et dans laquelle, je pense, des tas de filles se sont reconnues . Ces filles un peu en marge qui préférait faire la course que les poupées, écrire et rêvé plutôt que la réalité.
C’est certes bien mignon mais on s’ennui ferme : où sont les sentiments ? Il n’y en a pas : tout est lisse et pastel à en crever. On est loin des Mathildes, des Annas, ou des Emmas qui, ELLES nous régalent réellement . Je m’attendais à des aventures tortueuses, à de grands drames, mais tout est étouffé derrière une bondieuserie à mourir d’ennui.
Pourtant nos impétueuses suscitées vivent aussi dans les société de l’empêchement, de la haute, de la bourgeoisie, de la religion, de la bienséance… Mais enfin, elles ont une âme, elles sont vivantes, ELLES.

C’est un livre parfaitement lisse où rien ne se passe, à part deux ou trois cheveux sur la soupe vers a fin pour bien amener cette histoire à une fin. Non mais j’hallucine comment on vend un ouvrage vibrant plein de péripéties, alors que les deux péripéties que tout le monde connait avant d’avoir lu le livre sont les deux seules et uniques choses qui se passent en plus de 400 pages ! Et même là, dans le drame, aucun drama, c’est lisse, plat : on s’ennuie !

Allez, on va rire un peu maintenant que je suis un peu revenue de ma déception, ALERTE SPOILER CI-DESSOUS, mais bon, j’imagine que j’étais la dernière à ne pas connaître ce livre !
Voilà ce que j’imaginais en ouvrant ce livre : d’abord, je ne m’attendais pas à ce que ce soit un roman pour enfant, pour ma défense, ces dernières années on en a fait tout un foin comme quoi c’était un roman adulte… Même dans les années 90, la première fois que j’en ai entendu parler c’était dans Friends ! Et comme je vous le disais, connaissant les deux pauvres malheurs qui leur arrivait, j’imaginais qu’il y en avait 100 fois plus. Qu’elles finissaient dans la misère et la pauvreté la pire malgré tout leur bons fait. Un peu en mode picaresque à la Justine de Sade, le scato en moins. Ou du moins, que quand il y a des drames, du coupage de tif, de la mort, eh bien… Qu’on le ressente ! Qu’il se passe quelque chose dans les personnages ! Mais rien, des coquilles vides.
Bref, la morale religieuse de quatre petites filles parfaites, ça m’est un peu tombé des mains. A l’aide !

Tant qu’à être fâchée, peut-on aussi médité sur le titre patriarcal français ? « Little Women » en anglais…

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Mouai je ne l’ai jamais lu, il ne m’a jamais attiré, j’ai toujours eu peur de m’y ennuier… ba je sais désormais que je ne le lirai jamais. J’ai vu le film le plus récent et c’est sympa pour un soir d’automne après une journée bien pénible. Ce type d’histoire passe mieux en film je trouve…

    1. Je n’ai pas été curieuse du (des) films, peut-être qu’ils ont donné plus de reliefs aux personnages (qui en ont grandement besoins) !

  2. J’ai beaucoup souri à ton billet car j’ai lu ce roman il y a peu et j’y retrouve beaucoup de mes impressions de lecture.

    1. (pardon pour ma réponse tardive ton message s’était caché dans les spams !)

      Ah mais je suis bien contente de te lire ! J’en ai parlé à des amies qui avaient lu ce livre enfant et qui en avait des bons souvenirs… Nous ne nous sommes pas comprises ! Hihihi

    2. Je l’ai lu quand j’étais en 6ème ou en 5ème et ça m’avait plu. Mais je ne me reverrais pas du tout le relire maintenant. C’est sûr que c’est démodé 🙂

      1. Oui ! Je pense que passé un certain âge… Ce doit ne plus être très adapté ahah !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s