Contes russes – Luda et Bilibine

Par mon travail, j’ai découvert Luda, une conteuse du début du XXe siècle d’origine russe qui traduit et adapte les contes qui ont bercé son enfance pour un public de petits français. Luda et Bilibine, Contes russes, Seuil jeunesse, 1998 pour la première édition. C’est bientôt les fêtes ! L’édition est magnifique, c’est un travail…

Les vivants et les ombres – Meur

Fresque familiale dans la Pologne du XIXème, ce livre avait tout pour me plaire. Attention à ne pas se méprendre, il a été écrit en 2007 et a raflé de nombreux prix, à juste titre.Par sa taille, il est le Pavé du Mois et c’est la chronique de Patrice qui m’a fait découvrir ce roman…

Sauver la nuit – Challeat

Découverte du discours d’un passionné, et, si nous sommes bien face à un essai, incroyablement facile à lire, pas de mots compliqués, pas de phrases alambiqué : un récit clair comme la nuit devrait être. Samuel Challeat, Sauver la nuit, comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir, Premier…

De la mort sans exagérer – Szymborska

Je suis peu habituée à la poésie, je la grignote plus que je la dévore. Wislawa Szymborska a un don certain pour l’écriture, vous êtes emportés par les mots comme par une tempête, et enivrés comme par une brise de printemps. De manière absolument inattendu mais entièrement mérité, elle gagne le Prix Nobel de Littérature…

Vie sauvage – Collectif

Article un peu particulier aujourd’hui : je vais vous parler d’une encyclopédie animalière. C’est en réalité un cadeau que j’ai offert à Noël sans trop savoir à quoi m’attendre, et que j’ai eu, depuis, le loisir de feuilleter. Collectif, Vie sauvage, Encyclopédie visuelle des animaux, continent par continent, Flammarion, 2016. Cette encyclopédie est avant tout…

Barbara Hepworth au Musée Rodin

J’ai découvert Barbara Hepworth et son travail au Musée Rodin, lors de l’exposition qui se tient du 5 novembre au 22 mars 2019. J’en ai parlé brièvement dans la revue de presse du dernier trimestre de 2019, mais il fallait vraiment que j’approfondisse cette révélation que j’ai eue, ce qui est immanquablement passé par l’achat…

L’enfant qui – Benameur

Un ode à l’enfance, une prose à l’enfance, un tableau de vie sensationnel. Jeanne Benameur, L’enfant qui, Acte Sud, 2017, 128 pages. Très vite lu, le style est onirique et intense, un vrai repos de l’esprit et de l’âme. Dès les premières pages j’ai été happée dans mon enfance, but profond de ce livre :…

Mercredi, c’est Poésie

Mercredi, c’est Poésie #08, notre Rendez-vous bi-mensuel, trouvé sur le blog de Ninaselivre ! Ce mois-ci, nous allons lancer une thématique (et oui, en ce moment j’ai envie de vous proposer des thématiques.) Nous découvrirons donc deux Poèmes au sujet de Narcisse. Pourquoi ce thème ? Parce que je me suis souvenue du livre Isis, Narcisse…

Chants Orphiques – Campana

David Bosc, traducteur et préfacier, nous présente un Dino Campana, poète du tout début du vingtième siècle, comme une personne avec une lourde charge psychiatrique. Rien que sa vie fait rêver : à parcourir le monde en écrivant des poèmes dédiés à la Méditerranée et aux bordels. Il croisera d’ailleurs la route de quelques noms que…

Ourika – Claire de Duras

Rien à voir avec les Duras que nous connaissons, au XIXème siècle, les femmes existaient bien sur la scène littéraire, comme notre grande Madame de Staël, qui, elle seule, n’a pas sombrée dans l’oubli. Et c’est triste. Ourika, c’est un roman express, dans ce monde où tout va trop vite il est taillé sur mesure…

Neon Demon

Neon Demon, a fait coulé beaucoup d’encre, et pas forcément en bien. Nicolas Winding Refn est accusé de ne pas se renouveler, on lui en veut de n’avoir soigné que la forme et si peu le fond… Ce film sorti en 2016 m’avait pourtant enchanter. Mais si, réellement, Neon Demon, était en fait une mise…

Jimmy’s Hall

2014, de Ken Loach. Bien que Les Cahiers du Cinéma aient massacré ce film, je peux vous assurer qu’il est merveilleux. Je vous garanti des frissons et le cœur qui s’emballe. Réellement, de l’émotion, belle et pure. Et pour les émotifs, j’assure même une larmichette ! Dans la lignée de Gang of New York et…

Désapparences – Nestor Ponce

MAJ 2020 : Je me souviens me balader à Ombre Blanche et être tombée en amour devant ce livre, qui, au demeurant est resté assez confidentiel on dirait. Nestor Ponce, Désapparences, Edition les Hauts-Fonds, 2013. Même remarque que pour l’article précédent au sujet de La Capitale de la douleur : je ne sais pas écrire…

La Capitale de la douleur – Eluard

Je n’ai aucune idée de comment écrire un article au sujet de la poésie, ni même comment la lire… Je n’aurais peut-être pas dû sécher les cours de poésies… Mais voilà, je me lance ! Je le lis avec mes émotions, juste ça, car je ne sais pas par quel bout le prendre. La Capitale de…