Les Heures rouges – Zumas

Tout d’abord, ce livre ne m’a pas plus, pourtant, il m’a été incapable de le lâcher : tentative d’une explication.

Leni Zumas, Les Heures rouges, Presses De La Cite, 2018, 408 pages.

41x2cw4cmal._sx195_Alors le principal problème de ce livre c’est qu’il est extrêmement mal écrit (ou mal traduit) ? On n’y comprend rien, les phrases n’ont aucun sens, on arrive à la fin on se demande à quelle périphrase on s’est perdue. C’est soit ça, soit d’ennuyeux sujet – verbe – complément. Les dialogues sont un désastre, qui parle, on ne sait pas, ils sonnent faux, c’est une horreur. Et enfin, la manie à désigné ses personnages, pas par leur prénoms, mais par « la biographe« , « l’épouse« , « la jeune fille« , est à gerber, c’est irritant au plus haut point. Et pourquoi elle fait ça ? Pour créer une surprise ARCHI artificielle « oh ! mais elles étaient en contact depuis le début, la jeune fille, c’est Mattie en fait ! » (je spoile à peine.) Non, puis honnêtement, tout d’abord, on s’en doute, et ensuite, non seulement c’est mal fait, mais si en plus tu as besoin de faire ce genre de gymnastique rédactionnelle moche et maladroite c’est que t’y arrive pas c’est tout.

Sinon, l’histoire, acclamée, pour être dans la lignée de la Servante écarlate : nous suivons le destin de plusieurs femmes qui vivent aux USA où l’avortement a été interdit, que seul mes couples mariés peuvent adopter, etc.
Alors, peut-être que l’écriture et la maladresse ne m’ont pas accroché, mais nous avons ici un récit plat, languissant, il ne se passe rienet pourtant c’est bien la force du livre. Les personnages sont creux, et se résument en deux phrases ou deux obsessions qui sont leurs leitmotiv : pas très intéressant donc. Ce sont des femmes dont le besoin d’avoir des droits bouillonne dans leur poitrine : une femme veut divorcer, une autre avorter, une autre encore veut un enfant mais n’a pas de mari, une dernière a droit au procès de sorcière…

Tout est ficelé avec du gros fil blanc, chaussé de gros sabots, le délicat est raté, partout, sauf dans l’ambiance. Une des protagoniste écrit un livre, et on en a des bribes entre les chapitres, ça n’a aucun mais alors là AUCUN intérêts sauf dans l’ambiance. En effet, c’est une lecture d’hiver, tout est froid, les décors sont froid, les personnages sont froid, il fait froid… Un goût de fin du monde avec les baleines échouées, des sapins… L’ambiance vous happe, dans ce halo glacé où j’ai plongé. Où, finalement, bien que j’ai tenu jusqu’au dénouement, rien ne bouge…

Une lecture qui ne m’a pas convaincue, mais qui pourrait plaire.

10 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Goran dit :

    Je ne suis pas allé au delà de ton début « Alors le principal problème de ce livre c’est qu’il est extrêmement mal écrit (ou mal traduit) ? On n’y comprend rien, les phrases n’ont aucun sens ». Des phrases sans sens, c’est direct la poubelle…

    1. Oui, c’était très désagréable à lire ! Ce n’est pas une critique très élogieuse Ahah

      1. Goran dit :

        C’est clair que non 🙂

  2. MahaultMots dit :

    Ah tu vois, pour ma part c’est un livre que j’ai beaucoup aimé, style de l’autrice compris 😉 Pour la manière de désigner les personnages, je l’ai plutôt pris comme une volonté de coller à quatre personnages très emblématiques de la culture populaire américaine.
    Néanmoins, c’est assez enrichissant de lire un avis opposé au sien.

    1. Oui, c’est d’ailleurs ma libraire, qui pourtant me connaît, qui me l’a conseillé… Mais oui, vraiment, je n’ai pas été convaincue.
      Pour moi il y avait d’autres moyens de mettre en valeur des archétypes américains… J’ai trouvé assez maladroit finalement.

  3. armoirealire dit :

    Je l’ai vu en librairie et j’ai voulu l’acheter en me disant que j’avais apprécié la Servante écarlate… Merci pour ton avis, je viens d’économiser mon temps et mon argent ! Il faudrait voir les réactions pour la vo… Sinon ils ont fait un bon coup marketing !

    1. C’est pourtant ma libraire qui me l’a conseillé, et des lecteurs ont beaucoup aimé comme si c’était abordé les thèmes de la Servante écarlate mais sans le côté littérature « young adult »… Mais personnellement, je te conseillerais d’économiser en effet 😀

      1. armoirealire dit :

        Une bonne excuse pour acheter un autre livre 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s