Jouir – Barmak

Sarah Barmak propose ici une étude sur la sexualité féminine, décomplexante, jamais malaisante, l’ouvrage fait rire, autant que réfléchir, fondé sur des études rares mais sérieuses.

Sarah Barmak, Jouir, en quête de l’orgasme féminin, préface de Maïa Mazaurette, traduit par Aude Sécheret, Zones éditions, label des Editions la Découverte, octobre 2019, 207 pages.

Comme ça, ça à l’air malaisant, le sous-titre en quête de l’orgasme féminin, donne l’impression de se vouloir choc, fait penser à toutes ces injonctions des magazines féminins… C’est peut-être un clin d’œil, un pied de nez plutôt, car les injonctions aux femmes elles ont bon dos dans ce livre !
L’autrice a beaucoup d’humour, ce qui est plaisant et dédramatise ainsi des sujets qui peuvent être plutôt grave, puisqu’au début de l’ouvrage, Sarah Barmak prend le temps de parler des diverses maladies qui peuvent atteindre les femmes et avoir un impact dans leur sexualité. Certes, on commence à parler de l’endométriose, qui a une influence sur la sexualité féminine, mais il y a d’autres noms qui nous paraissent encore obscur, à nous badauds, mais aussi aux médecins, faute de longs siècles de médecine patriarcale, comme le rappel toute la bibliographie écoféministe de ce blog.

J’ai d’ailleurs été assez surprise d’apprendre que, si les féministes balancent aujourd’hui sur les réseaux sociaux des schémas de clitoris, cette espèce de cygne qui a de faux airs de pénis, comme si on en faisait la découverte ces dernières années, était en fait déjà très bien visualisé, schématisé par nos ancêtres. On repense aux chants d’amour des Sumériens, mais finalement, avant la médecine dure, on en savait autant qu’aujourd’hui sur le sexe féminin et pas seulement en Occident. Cela aura seulement été rayé des livres et oubliés depuis…
On peut penser que c’est facile, que c’est toujours le même discours, comme si la réponse à tout était notre mauvaise société, mais quelque part, oui, c’est vrai. C’est d’ailleurs remarquablement bien montré, il y a une certaine construction de la pensée qui fait que c’est important que Sarah Barmak rappelle des choses aussi simple, qui possèdent autant de bon sens que ce qu’elle exprime dans ce livre. Sans course au désir, au plaisir, juste expliquer que toutes les sexualités sont différentes, qu’il faut s’apprendre à s’écouter.

L’autrice ne nous dit pas d’ailleurs faire quelque chose de profondément exhaustif, elle se tient d’ailleurs loin des nouveaux dogmes feel-good et de développements personnels, elle ne tombe pas non plus dans les spiritualités sexuelles comme le tantrique, mais elle effleure tous ces propos. Elle montre l’éventail de pratiques, les changements qui se sont opérés de par les âges, elle explique, montre, ceux qui ont étudié la sexualité féminine et dans quel contexte. Il y a quelque chose qui détend dans le livre qui répète qu’on est toutes pareilles et toutes normales, que la société nous confine dans des carcans erronés. Je pensais notamment à l’artiste performeuse de cabaret Juliette Dragon, elle créé justement des cercles de femmes où le sentiment de bien être s’installe, où elles prennent leur marque car, justement, elles se rendent compte qu’elles sont toutes pareilles.
Sarah Barmak le dit, quand elle a commencé à s’intéresser au féminisme, elle a eu la sensation que les femmes du monde entier ne formeraient qu’une même sororité. Elle s’excuse et explique aussi régulièrement que malheureusement son ouvrage était centré sur les femmes cisgenre. Jouir, un problème de privilégiées ? Oui. Elle y répond plus en profondeur dans sa conclusion en expliquant que s’il est plus urgent et important de militer pour le droit à l’avortement, contre le viol, contre la discrimination des personnes trans etc. elle ajoute : « Les femmes ont-elles le droit d’apprendre à cultiver les aspects positifs de la sexualité, et pas seulement à en empêcher les potentielles conséquences négatives (grossesse, MST et agressions sexuelles) ? La réponse est oui. » Et il est vrai, comme elle démontre, qu’il est intéressant scientifiquement d’explorer ce domaine encore méconnu par la science.

24 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Il me fait très envie, je m’intéresse de plus en plus à ce sujet !

    1. Je ne peux que te le conseiller. En attendant de l’acheter tu peux écouter certains podcast de l’émission « les couilles sur la table » qui traitent de ce genre de sujet. Mais peut-être que tu connais et que je dis ça pour rien 😀

      1. Je connais de nom et c’est dans ma liste à écouter mais je n’ai pas encore pris le temps de le faire ! Merci du conseil =)

      2. J’ai fait comme toi, j’avoue m’y être lancé il y a très peu, juste après cette lecture ahah

  2. etoile31 dit :

    La lecture du « résumé de ce livre me conduit à le mettre immédiatement en regard d’un autre ouvrage fondamental sur le « Plaisir Féminin » et très ouvert justement sur le « Plaisir » non réduit-limité justement à l’orgasme  » et enfermé dans cette notion-acte de seulement « Jouir ». Je veux parler de l’ouvrage de Elisa Brune, Journaliste scientifique et artiste qui a écrit (et pas seulement) « La Révolution du Plaisir Féminin ».

    Elle situe cette « chose » là, sur un plan corporel, physique, et/mais aussi dans des champs politiques et forcément « spirituels, originels, lié aussi à l’origine des civilisations, ce qui renvoie là à une autre auteur « Merlin Stone » qui a écrit « Quand Dieu était Femme)

    Elisa Brune évoque donc par l’approche scientifique et donc humaine et physique-corporelle le plaisir féminin avec des études intuitives très poussées jusqu’au blocage politique (d’état) et financier (multinationales) des recherches sur le plaisir, pour de simples limités et décisions financières lié&es à des questions (politiques et financières-bis)… d’assurances !!!

    Idem à propos de ses recherches liées à l’excisions, de manière cela dit quelque peu prémonitoire à propos de la nobélisation d’un des médecins qu’elle a consulté lors de ses recherches…

    Très intéressant travail d’enquête également auprès de la multitude de Femmes et du recueil de leur parole, à base de vécus

    Bref, cela renvoi à beaucoup de notre humanité et de nos origines…, s’y intéresser est un véritable voyage…..

    Pour celles et ceux que cela intéresse j’ai le bouquin de Merlin Stone en version .pdf

    Bonne Fête de Beltane!

    1. Olala c’est super intéressant merci beaucoup !
      Je veux bien le PDF 😉

      1. etoile31 dit :

        Si je trouve le mail sur votre page, je transmets, ou bien Messenger, si vous avez une page FB….

      2. Pardon de ne pas vous avoir communiqué l’adresse moi-même, merci d’avoir cherché, j’ai répondu à votre mail.

      3. etoile31 dit :

        Une Rencontre, Merci à vous pour cette inspirante publication du jour, et pour ses suites…,
        Beltane est bien une Fête, en ce sens, donc!

      4. Merci à vous pour votre commentaire et votre mail !
        Et bien fêtée 🙂

  3. Goran dit :

    On est tous en quête de quelque chose…

    1. L’ouvrage est très intéressant, malgré le titre accrocheur et un certain ton léger. Il est très équilibré ! 🙂

  4. armoirealire dit :

    Merci pour la découverte, j’ai hâte de m’y plonger !

    1. Avec grand plaisir ! Il me tarde d’avoir ton retour

  5. Bientôt mon avis, si j’arrive à pondre un truc sympa 😉

    1. Ah il me tarde de le lire ! Pourquoi « si j’arrive à pondre un truc sympa »? Tu as été moins emballée que moi ?

      1. Pas évident pour moi de parler d’essais…

      2. D’accord ! Je te souhaite un bon courage pour ta chronique alors ! Je suis sûre qu’elle sera réussie !

      3. Merci beaucoup 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s