Le Cap des Tempêtes – Berberova

Le Cap des Tempètes de Nina Berberova est ma nouvelle lecture commune avec Goran ! Retrouver son article ici, promis, il est plus élogieux que le mien ! Nous en avions déjà faite une première session en avril, et j’espère que cette expérience se renouvellera encore !

Nina Berberova, Le Cap des Tempêtes, Babel, Acte Sud, 2005, 428 pages.

51xfgp45e2l._sx210_

J’ai acheté ce livre à la librairie du Grand Palais à l’issu de l’exposition Rouge. Il retrace la vie de trois jeunes femmes qui n’ont rien de commun si ce n’est leur père qui passe sa vie sur des montagnes russes financières : un jour l’opulence, le lendemain la pauvreté, et on repart… Je m’étais empresser d’acquérir cet ouvrage, histoires de vies, de famille, des jeunes femmes russes réfugiées à Paris. Enfin, tout pour me plaire, le cadre, le contexte, le synopsis, tout…

Peut-être suis-je moins habituée à la littérature du XXème ? Il est vrai que lors du Challenge des littératures slaves, j’avais surtout lu du contemporain et du classique, assez peu de moderne : est-ce cela qui m’a dérouté ?

D’abord j’ai eu un mal fou à entrer dans le bouquin à cause de… l’écriture. C’est bête, hein, mais quand on ne saisi pas le texte, qu’on lit sans réellement comprendre, bah on ne se jette pas pieds et poings liés dans l’histoire. Je n’ai pas été sensible à l’écriture et j’en ai pâti un long moment avant de réussir à m’en détacher.
Autre point, de détail : le livre est écrit à la troisième personne et suit l’une après l’autre les trois sœurs. Une des sœurs nous ouvrent par moment son journal, et devient alors narratrice. Premièrement, même si on comprend assez vite la raison de cela, ça n’apporte absolument rien ; la narration est déjà suffisamment introspective – tellement qu’on s’y perd ! Deuxièmement, quitte à changer de narratrice autant changer de style, tenté quelque chose. Non, les expressions, mots, rythmes, etc. sont exactement les mêmes que dans la narration à la troisième personne.
Pourquoi cet effort de créer des chapitres journaux intimes si ce n’est pour ne pas en jouer ?

Ensuite, il est voulu par l’autrice, je pense, qu’un espèce de flottement habite le roman : ces trois jeunes filles ne savent pas bien si elles sont russes, ou si elles sont devenues françaises entièrement, si elles peuvent maîtriser leur destins dans cette époque moderne où elles sont libres, si la guerre va leur tomber dessus…
Ainsi, chacune flotte dans sa vie et essaie de faire de son mieux, mais voilà, pour moi aussi ce livre n’aura été que flottement : incapable de réellement m’y plonger dedans. D’un côté cela correspond bien au minimalisme factuel du XXème siècle, et c’est peut-être ça qui m’aura dérouté, car on est bien loin des effusions des frères Karamazov.

Pourtant, tout le monde pourrait trouver son compte dans ces trois sœurs là (bien loin de celles de Tchekhov !), si différentes les unes des autres, tantôt poète, tantôt douceur incarnée, tantôt mégère… Mais en réalité, les traits sont si disparates et grossiers, comme des caricature, qu’idem : je n’ai su les saisir. Je n’ai su saisir ce qu’il fallait prendre comme second degrés, comme allégorique ou comme argent comptant : à l’image des dialogues qui m’ont désarçonnés.

J’ai refermé ce livre avec l’étrange impression, et très personnelle, que je n’étais peut-être pas assez mature ou assez instruite pour comprendre tout ça. Peut-être est-ce vrai ? Mais ce n’est pas du tout agréable !

Et vous, connaissez-vous cette autrice ? Quels livres en avez-vous lu ? Qu’en avez-vous retenu ?

Publicités

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Goran dit :

    Il ne faut pas chercher d’explication, parfois on n’accroche tout simplement pas…

    1. Oui ça arrive ! Mais c’est bien dommage : comme tu le dis c’est un livre qui a des qualités !

      1. Goran dit :

        🙂 À bientôt pour une nouvelle lecture commune…

      2. J’espère bien ! J’attends ta proposition avec impatience 🙂

  2. Madame lit dit :

    Je ne me rappelle si j’ai déjà lu un roman de cette autrice…

    1. Ah je ne saurais dire ! Cela te rappelle quelque chose ?

      1. Madame lit dit :

        Le nom de l’autrice, oui. Ton livre présenté non. Il va falloir que je fouille un peu dans ma mémoire! 🙂

      2. Tu me diras ce que tu en as ressorti !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s